Infos utiles


Conseils pratique

Grille tarifaire

Les consultations se font à mon cabinet de Tourette-Levens, aux cabinets de nice ou bien à domicile, du lundi au samedi, dans une large plage horaire en fonction des demandes.
Pour les urgences ostéopthique, les rendez-vous s'obtiennent rapidement.

Séances Tourrette-Levens Cabinets Nice A domicile Nice
Adultes 50 € 60 € 60 €
Enfants* 40 € 50 € 60 €

A savoir:

  • Une séance offerte, à partir de la 4ième, pour la même pathologie (frais de déplacement non inclus dans l'offre)
  • Frais de déplacement dans une limite de 20 km autour de Nice : 1 euro du kilomètre
  • Tous moyens de paiements acceptés (espèce, chèque et carte bancaire)

Membre du S.N.E.P.P. (Syndicat National des Elèves et Praticiens en Méthode Poyet)


Conseils et infos pratiques

Conscient des besoins physiologiques et soucieux du confort de chacun de mes patients qui me demande conseils, c'est avec altruisme que j'essaie d'apporter toute ma bienveillance notamment par quelques recommandations sur l'hygiène alimentaire.
La base est d'avoir une alimentation équilibrée, avec des produits frais, biologiques, sains, qui apportent une vraisemblable garantie des apports journaliers en micronutriments, sans la surenchère des polluants de type engrais, pesticides et insecticides, malheureusement pour nous constamment présent dans nos sols à l'heure d'aujourd'hui.
Telle serait la combinaison parfaite, comme nous pouvions la trouver il y a quelques millénaires !

Cependant, de nos jours, la pauvreté de nos sols due à la surproduction, a déstabilisé cet écosystème.
Les micronutriments essentiels au maintien de la santé présents en quantité suffisante auparavant pour maintenir l'homéostasie, ne le sont plus qu'en infime quantité, favorisant ainsi le déséquilibre de notre précieuse santé.
Le recours à la supplémentation est actuellement la solution la plus envisageable pour combler ces carences alimentaires.
Les étirements feraient cesser à eux seuls, 80 % des douleurs dorsales !
Il est recommandé de pratiquer quotidiennement des étirements pour redonner souplesse et longueur à notre rachis vertébral, maltraité par les positions diverses et variées, que nous lui faisons supporter au cours d'une journée. Prenons en exemple, la position assise que nous adoptons quotidiennement : voiture, transport, bureau.position assise Si, celle-ci est mal appliquée, elle sera automatiquement anti-physiologique, est provoquera une fatigue aiguë des muscles du rachis dorsal.rachis De surcroît, cette attitude posturale néfaste mais néanmoins incontournable, fragilisera tôt ou tard, nos disques inter-vertébraux, avec maintes conséquences préjudiciables. Respectons alors, les courbures (lordoses et cyphoses), propres à notre anatomie en adoptant une posture assise physiologique. Se lever régulièrement afin de s'étirer. Quelques secondes et quelques mouvements d'étirements suffisent à nous redonner l'amplitude et l'ampliation adéquate.
L'alimentation d'après-guerre, s'est considérablement modifiée et diversifiée. Dans cette transformation très rapide de notre nourriture, notre organisme n'a, ni eu le temps de s'adapter pour suivre ce courant, ni pu produire les réponses métaboliques à ces nouveaux produits. A l'heure actuelle, le corps peine toujours à trouver les réponses face au « junk food » ou la restauration rapide, et parfois, des affections inflammatoires telles que colites, tendinites, périostites, pour les plus fréquentes, mais aussi bien d'autres, apparaissent.une assiette saine En revanche, cela peut sensiblement être amélioré en corrigeant notre alimentation. En effet, des aliments solides ou liquides consommés quotidiennement tels que: les viandes rouges, le gluten (Blé et dérivés : pizza, gâteau en tous genre...), les plats préparés, le lait de vache, entretiennent une inflammation permanente de notre intestin, et souvent également, notre masse grasse corporelle ! Surchargée, la muqueuse intestinale, qui filtre normalement notre bol alimentaire, en devient poreuse et laisse l’opportunité à certains « nutriments » de se retrouver dans notre circulation sanguine.
En réduisant de manière significative ce type de nourriture, nous contribuerons certainement à détoxiquer nos organismes, et ainsi rétablir un équilibre inflammatoire satisfaisant.
Savez-vous que le jeûne intermittent, permet d’atteindre des niveaux de santé et d’énergie optimaux ?
Le jeûne intermittent, est basé sur le mode de vie de nos ancêtres guerriers et chasseurs cueilleurs. Ces athlètes au naturel étaient capable de marcher, courir, chasser, combattre toute la journée sans s’alimenter, pour se rassasier le soir venu, avec de grosses portions de nourriture.
Depuis que j’ai adopté ce mode de vie, grâce au jeûne intermittent, je ne me suis jamais senti aussi bien. Je suis hyper dynamique, je n‘ai plus de coup de fatigue et lors de mes entrainements, mon niveau élevé d’énergie me permet d’exploiter pleinement mes capacités physiques.
Le jeûne intermittent permet de :
  • Brûler ses graisses
  • Développer sa musculature
  • Accélérer son métabolisme
  • Détoxiquer son corps
  • Ralentir le processus de vieillissement
Pourtant le jeûne intermittent va à l’encontre de beaucoup de principes ''santé'', ancrés dans les têtes de la population comme :
  • Le petit déjeuné est le repas le plus important de la journée
  • Il faut manger 3 voir 6 repas par jour
  • Il faut manger plus durant la journée que le soir
Ces principes, sont malheureusement estimés vrais depuis plusieurs générations et utilisés par les industries de l’agroalimentaire et du régime, pour nous faire avaler leurs produits.
Heureusement les choses commencent timidement à changer, la science démontre doucement que ces principes sont pour la plupart erronés.

Les principes du jeûne intermittent :
Le jeûne intermittent comprend une phase de jeûne contrôlé et une phase d’alimentation. Le jeûne intermittent est pratiqué au quotidien et tout au long de la vie. Ce n’est pas un régime perte de poids ou une cure detox, mais un mode de vie. La Phase de jeûne contrôlé dure une bonne partie de la journée. Il est possible de suivre la phase de jeûne contrôlé sans manger, ou alors consommer certains aliments « vivants » (légumes et fruits cru), avec une petite portion de protéines. Les glucides doivent être évités durant cette phase, afin de ne pas élever votre niveau d’insuline. Dans tous les cas, il faut boire beaucoup d’eau. Une fois la phase de jeûne contrôlé passée, c’est l’heure de passer à table et de se faire plaisir. Notre métabolisme est au plus haut et notre corps est prêt à assimiler tout ce qu’on avale. Pour avoir une santé optimale et un faible taux de graisse, il faut tout de même faire attention aux aliments consommés pendant le jeûne intermittent. Il faut privilégier des produits sains et non transformés.

Comment agit le jeûne intermittent sur notre corps ?
La phase de jeûne contrôlé laisse votre système digestif au repos et permet de manipuler vos hormones pour un équilibre optimal.

Voici ce qui arrive à votre corps pendant la phase de jeûne contrôlée :
  • Une détoxication se déclenche (nettoyage du corps)
  • Le réservoir d’enzymes corporel se recharge (accélération de la fonte des graisses, plus de tonus, effet anti-vieillissement)
  • L’insuline baisse et se stabilise (métabolisme plus efficace des glucides et fonte des graisses)
  • Le glucagon augmente (une hormone brûleuse de graisse)
  • L’hormone de croissance augmente (réparation des tissus et fonte des graisses)


Le jeûne intermittent permet de bruler efficacement les graisses :
  • Pendant la phase de jeûne contrôlé, l’insuline baisse et l’hormone glucagon augmente pour assurer une réserve stable d’énergie à votre corps.
  • Lorsque le glucagon domine, la plupart de l’énergie corporelle est puisée des réserves de glycogène et des stocks de graisse.
  • La baisse d’insuline permet aussi à l’hormone de croissance (HC) ou Human Growth Hormon (hGH) d’atteindre son apogée.
  • L’élévation de la HC (hGH) permet au corps de rajeunir, de réparer les tissus et brûler la graisse.
Le jeûne intermittent permet de detoxifier et guérir le corps. Pendant la phase de jeûne contrôlé, votre corps a plus de potentiel pour guérir.

Le jeûne contrôlé déclenche la guérison de deux manières essentielles :
Il permet au corps d’utiliser d’avantage d’énergie disponible pour la guérison, puisqu’elle n’est pas utilisée pour la digestion, Le corps peut activer le processus de détoxication, qui n’est pas possible pendant la phase de digestion A l’opposé, si on mange plusieurs repas tout au long de la journée, on ne laisse aucune chance à notre corps de passer par le processus de détoxication et de guérison.

Le jeûne intermittent a pour bénéfice de régénérer notre corps :
Le corps, pour ralentir le vieillissement, possède un mécanisme qui permet de renouveler les cellules et les protéines, et d’améliorer les tissus musculaires. Le jeûne intermittent a pour avantage d’améliorer ce mécanisme de recyclage des protéines cassées et des cellules endommagées. Cela signifie que le jeûne intermittent, active un mécanisme de rajeunissement. Faire du sport à jeun favorise l’élimination et le recyclage des protéines. Cela permet de préserver votre tissu musculaire actif et d’en reconstruire du nouveau.

Trouver le cycle de son jeûne intermittent :
Il est important de déterminer le cycle correct de son jeûne intermittent. Il faut trouver une harmonie, pour passer de la phase de jeûne contrôlé à la phase d’alimentation. La phase de jeûne contrôlé ne devrait pas dépasser 16 à 18 heures. Au-delà, le corps commence généralement à se nourrir de ses tissus maigres, comme les muscles et l’énergie potentielle décline.
(source : http://www.ultimeathlete.com/jeune-intermittent/)

" Mon jeûne intermittent comprend un cycle d’environ 16h00 de jeûne contrôlé (sommeil comprit). Je casse mon jeûne en milieu de journée, avec un repas léger, composé de crudités et de protéines maigres. Si mon entrainement est le midi, je me réserve un repas copieux post entrainement, riche en glucides et protéines. Le soir vers 21h00 je prends un repas copieux pour faire le plein de protéines et de mes réserves énergétiques. Certains aiment manger un gros et unique repas le soir, je pense que ce n’est pas adapté avec une activité physique intense. "
HIIT et entrainement fractionné: Comprendre et pratiquer l’interval training ou entraînement fractionné et toute la vérité sur l’acide lactique.

  • Pourquoi l’entrainement fractionné ou interval training à haute intensité encore appelé circuit métabolique sont important et utile qu’elle que soit vos objectifs esthétiques et/ou sportifs ou encore votre âge et votre santé ?

  • L’acide lactique est-il responsable de vos courbatures et autres douleurs musculaires à l’effort ?


Interval training, entrainement fractionné ou circuit métabolique en résumé :
L'entraînement fractionné à haute intensité ou interval training de haute intensité (HIIT), est une forme d’entrainement ou vous alternez des exercices ou un circuit d’exercice avec une forte intensité voir l’intensité la plus importante que vous pouvez soutenir, avec une période de repos plus ou moins courte. Puis on recommence pour un certain nombre de répétitions.

Le HIIT (fractionné ou circuit métabolique) , est excellent pour :
  • La perte de graisse corporelle (tout en conservant ou en augmentant la masse musculaire),
  • Le renforcement du système cardiovasculaire,
  • Le développement de « l’endurance du mouvement » spécifique a un sport,
  • Développer la "capacité de travail" (c'est-à-dire la capacité à tolérer un niveau d'intensité élevé pendant une longue période),
  • L'amélioration de l'utilisation des graisses et des glucides dans les muscles,
  • Le développement de la "force mentale",
  • Stimuler les fibres musculaires à contraction rapide - les fibres qui sont importantes pour la force, la puissance et un physique musclé...
Le HIIT est extrêmement efficace et rentable. Il vous permet d'obtenir le maximum des résultats de l'entraînement en y passant le moins de temps possible. Par rapport à un footing ou une sortie facile vélo ou VTT de 45 minutes, l’alternance des efforts intenses et de récupération pendant 3, 4, 6, 10, 15 voir 20 minutes est beaucoup plus difficile. Et c’est justement l’objectif. L’important est de commencer à son niveau.

Comprendre l’intérêt de l'entraînement fractionné de haute intensité :
Il est physiologiquement impossible de maintenir des intensités maximales pendant l'entrainement de façon prolongée, en raison des réserves de carburant (ATP) dont notre corps dispose pour produire des efforts. La frontière entre force de mouvement et endurance de mouvement au sens où on la présente habituellement est inexistante. Toute activité de force nécessite une forme d’endurance et toute activité d’endurance nécessite le maintien d’un certain niveau de force. Il est plus important de garder en tête le principe physiologique élémentaire de l’énergétique cellulaire.
Toutes nos cellules, pour fonctionner, ont besoin d’ATP (Adénosine Triphosphate). Ainsi, notre corps possède différents systèmes métaboliques afin de fabriquer (synthétiser) de l’ATP. Ces systèmes produisent de l’ATP à partir de notre alimentation (protéines, glucides et lipides) y compris pendant l’effort, mais de façon plus ou moins efficace. On distingue la puissance du système, c’est-à-dire la vitesse à laquelle de l’ATP est produite, et la capacité du système, c’est-à-dire pendant combien de temps il peut fonctionner et produire de l’ATP de façon plus ou moins efficace. Ainsi lors d’une séance de fractionné ou d’interval training vous allez puiser dans différents systèmes énergétiques plus ou moins efficaces et économes pour produire de l’ATP (l’énergie de vos muscles) en fonction de la longueur de votre séance et de son intensité. Plus celle-ci sera longue et plus l’intensité baissera au fur et mesure faute d’ATP immédiatement disponible. Ces 3 systèmes sont interdépendants les uns des autres et forment le métabolisme énergétique. Chaque système intervient avec des pourcentages différents, mais va être utile et/ou nécessaire.
Lors d’une séance de fractionné ou d’interval training de haute intensité l’organisme utilise principalement le système anaérobie lactique qui lui permet de maintenir un effort très intense et élevé pendant environ 40 à 50 secondes avant que l’intensité doivent progressivement diminuer faute d’ATP immédiatement disponible. Pour continuer à produire de l’ATP à grande vitesse les réactions biochimiques de ce système libèrent des molécules dont le recyclage pendant l’effort se fait de moins en moins bien ce qui finit par perturber la contraction et le relâchement musculaire.L’entrainement fractionné ou les circuits métaboliques vont donc simplement augmenter au fil des semaines d’entrainement l’efficacité et la rapidité du recyclage de ces différentes molécules. En d’autres termes votre corps tout entier apprend à mieux tolérer et fonctionner durant ce type d’effort.

Fractionné et HIIT : Ce qui cause la brulure musculaire ou l’arrêt de l’exercice
On a souvent accusé et on l’accuse encore aujourd’hui l’acide lactique d’être responsable de la brulure musculaire durant ce type d’effort (j’ai moi-même longtemps fait cette erreur). Comme le rappel souvent mon ami Didier Reiss(préparateur physique, formateur spécialisé en physiologie et biochimie de l’exercice musculaire et co-auteur de La bible de la préparation physique avec Pascal Prévost) on ne produit pas d’acide lactique, mais des molécules de lactates, et les lactates ne sont absolument pas nuisibles bien au contraire ce sont même des protecteurs cellulaires en plus d’apporter de l’énergie aux cellules. La molécule de lactate est produite lorsque le muscle a besoin de davantage d’ATP pour répondre à l’effort supplémentaire qu’on lui demande. La réaction biochimique est complexe et transforme nos réserves de glucides musculaires (le glycogène) en pyruvate puis en lactate. Le lactate va alors jouer le rôle de transporteur, véhiculant de l’énergie entre les cellules du muscle pour répondre à vos sollicitations pendant votre entrainement de HIIT. Le lactate est ainsi récupéré par le cœur (qui en réutilise 15 %), les muscles (via les mitochondries) ou encore le cerveau (qui possède des pompes spéciales à lactate) pour reformer de l’ATP et être utilisé comme carburant des cellules. Notre foie reforme également du glucose à partir des lactates. Cette récupération et son efficacité seront cependant dépendantes de la circulation sanguine (vascularisation) et de la capillarisation des muscles (augmentation de l’irrigation sanguine) et de leur densité en mitochondries (les cellules qui produisent l’énergie) et sont développées par l’entrainement en aérobie c’est-à-dire en endurance fondamentale (marche rapide, running doucement, vélo ou vtt facile etc). Ainsi comme nous l’avons vue en début d‘article chaque système énergétique est interdépendant avec les autres pour rester efficace. Lorsqu’on regarde les choses sous le regard de notre évolution et au niveau fonctionnement de chacune de nos cellules, pourquoi fabriquer des molécules inutilement, réutilisons les pour le fonctionnement de l’ensemble de l’organisme. La nature à bien fait les choses !
La brulure ou la fatigue musculaire sont plus dues à un cumul de situation physiologique que le corps n’arrive pas à gérer en même temps, car elles surviennent trop vite. En fonction de nombreux paramètres (température corporelle, taux de CO2 dans le sang, fatigue nerveuse, musculaire, cardiaque, etc) qui sont collectés et analysés par notre cerveau en temps réel, celui-ci décide de l’intensité d’effort qu’il va autoriser pendant votre séance afin de ne pas mettre en danger l’ensemble de l’organisme ou vos muscles. Ce qui explique pourquoi on expérimente des bonnes et des mauvaises séances d’entrainement.

Fractionné et HIIT : Les hormones et leur action
La libération d'hormones pendant l'exercice dépend aussi de l'intensité de l'exercice. Les mouvements doux comme les mobilisations articulaires, les automassages ou la respiration diaphragmatique intégrée, ou une marche paisible en nature, peuvent réduire les hormones du stress (cortisol). Mais quand l’intensité de vos séries d’entrainement approche de vôtre maximum (85 à 95% de VO2max), l'hormone de croissance, la testostérone, les endorphines, l'épinéphrine (adrénaline), la norépinéphrine (noradrénaline), le cortisol et l'aldostérone sont tous en augmentation. Ces hormones ont toutes des effets sur la perte de graisse et la prise de masse musculaire.

Ainsi chaque activité physique d'intensité élevée est un état de «crise» dans le corps. Elle met en danger l'apport d'oxygène aux tissus, augmente la température du corps, diminue les liquides organiques et les réserves de carburant énergétique, et provoque des lésions tissulaires.
L'entrainement de haute intensité (comme l’entrainement en général) est un stress qui force le corps à s'adapter. Le tout est de respecter la bonne dose et donc la progressivité adaptée tout en aidant le corps à récupérer grâce aux automassages, à la correction posturale, aux étirements, au sommeil, à la gestion du stress de tous les jours ou encore à l’alimentation/hydratation.

Comment pratiquer le fractionné ou le HIIT ?
Il y a beaucoup de façons de pratiquer le HIIT. Tout ce que vous devez retenir, c'est le principe de base : alterner de courts exercices de très haute intensité avec des périodes de récupération ou d'exercices de faible intensité. Cette très haute intensité est dépendante de votre état de forme. Ce qui sera très intense pour vous le sera beaucoup moins pour un sportif plus entrainé. Les avantages du fractionné ou des circuits métaboliques sont spécifiques à l'exercice choisi ou au circuit choisi. Si vous le pratiquez sous la forme de squat jumps et de course, vous deviendrez meilleur aux squats jumps et à la course ! Ainsi il est important de varier les exercices lors de vos circuits en cherchant à améliorer un mouvement global sauf bien entendu si vous vous voulez devenir plus performant dans un mouvement précis (course) ou sport particulier. Malgré tout et pour limiter le risque de blessure par sur utilisation des muscles (surcharge des tissus) liés à votre discipline, varier vos circuits de façon régulière.

- Fractionné / HIIT s’échauffer et récupérer :
Toutes séances devra être précédé par quelques respirations diaphragmatiques, quelques automassages si vous ressentez des tensions musculaires, des mobilisations articulaires, et un échauffement spécifique.

- Fractionné / HIIT en Running :
En course à pied, le plus simple est de courir vite voir très vite pendant 10 secondes à 1 minute (parfois plus) et récupérer le même temps ce que l’on appelle dans le jargon des coureurs du 10/10 , du 20/20, 30/30 , du 40/40 , 1/1min etc pendant 5 à 8 minutes. - Fractionné / HIIT sur vélo stationnaire et Tabatta :
L'une des plus célèbres études au sujet du HIIT est connue sous le nom « d'étude Tabata ». Dans cette étude les sujets ont effectué un entrainement fractionné sur vélo stationnaire: 20 ultras rapides en alternance avec 10 secondes de récupération, pour un total de 8 reps, ou 4 minutes.
- Le « protocole Tabata » - 20 secondes pleines intensité, 10 secondes de relâchement :
Il est devenu l'une des méthodes les plus courantes pour pratiquer le HIIT, mais c’est loin d’être le seul et je ne le recommande à personne pour débuter. Je le conseille principalement sur un vélo stationnaire ou sous forme de circuit avec bandes élastiques, exercices au poids de corps, sac de frappe ou total rope training car en course à pied le risque de blessure est important. Dans la vidéo plus bas je vous montre un circuit tabatta que j’exécute souvent en automne et hiver. J’alterne un travail au sac avec un exercice global avec bandes élastiques lors de chaque fraction de 20 sec. Je remplace également le sac de frappe par une ou deux fractions de course en début d’interval Tabatta (fractions 1 et 3 ) puis par du total rope training en fin d’interval (fractions 5 et 7). Fractionné et HIIT en circuit métabolique d’exercice. Pratiquer des exercices globaux avec bandes élastiques peut être une méthode très efficace pour faire du HIIT et du fractionné. Les circuits d'exercices sont aussi de bons choix notamment en hiver pour éviter les spasmes au niveau des bronches à cause de l’air froid.

(source:http://christophe-carrio.com/blog/files/HIIT-Fractionne-comprendre-pratiquer.html#.VfgbUdLtmko)